Vélo électrique

Vélo électrique

Acheter un vélo électrique sur Internet

Faites le bon choix de votre VAE en fonction de vos besoins de déplacements urbains

Comment faire son choix en fontion de ses trajets et de son budget
- Pour aller sur son lieu de travail, enmener ses enfants à l'école ou faire aller faire ses courses choisissez un VAE urbain ou de ville
- Pour les petits trajets ou pour pouvoir enmener son vélo en vacances choisissez un VAE pliant
- Pour les ballades et randonnées en campagne choisissez un VTT électrique
- Pour ceux qui veulent faire de plus longues sorties sur route choisissez un vélo électrique de course cyclo-touriste.

Une alternative à la voiture pour circuler en ville

Evolutions sociétales obligent, mêlées de préoccupations écologiques mais également économiques, le vélo à assistance électrique ou VAE s’est imposé progressivement comme une alternative pertinente aux modes de déplacement classiques que sont la voiture ou les transports en commun.

Vélo électrique pliant

Il ne s’agit nullement d’un effet de mode passager voire gadget. Le VAE répond à bien des questions du quotidien, qu’elles soient d’ordre financières, environnementales, de mobilité ou de santé.

Qu’on se le dise, le vélo à assistance électrique est un des axes majeurs de la « vélorution », destinés à promouvoir l’utilisation de moyens de transport personnel non polluants.

En premier lieu, le VAE reste avant tout un vélo

La définition d’un vélo à assistance électrique se trouve dans son libellé, où chaque mot est important. En premier lieu, le VAE reste avant tout un vélo.

Sans pédalage, point d’assistance.

Cette dernière ne substitue aucunement à la nature première d’une bicyclette, à savoir sa propulsion générée par la force humaine. Dans le cas contraire, on parlerait de cyclomoteur.

L’assistance électrique, par le biais d’un moteur auxiliaire alimenté par une batterie rechargeable, assure d’une part une vitesse moyenne constante ; et d’autre part, fournit le soutien nécessaire à l’utilisateur lors de démarrages (dans la limite de 6 km/h), montées des côtes, passages de faux plats ou pour affronter un vent de face.

Dans tous les cas, l’utilisateur pédale, mais ce avec des efforts réduits de 70 à 90 %.